Un homme commence à parler à son fils handicapé. Ce qu’il lui a dit a laissé cette mère en larmes.

C’était un jour ordinaire au magasin pour cette mère et son fils handicapé mental. Mais quand un parfait étranger a pris le temps de parler à son fils adolescent, c’est vraiment devenu un jour spécial pour tout le monde.

Il est important de faire attention aux autres, particulièrement quand ils sont spéciaux.

Spécial peut vouloir dire toute une variété de choses. Cette histoire en est un témoignage.

Publicité

C’était un jour ordinaire au magasin pour cette mère et son fils handicapé mental. Mais quand un parfait étranger a pris le temps de parler à son fils adolescent, c’est vraiment devenu un jour spécial pour tout le monde. Un jour qu’ils n’oublieraient jamais.

L’homme, appelé Hal, a raconté l’histoire sur sa page Facebook un peu plus tard, son post s’est ensuite propagé comme une trainée de poudre. Lisez et partagez ces mots magnifiques afin que nous fassions du monde un endroit plus chaleureux, tous ensemble.

Voici l’article original publié sur Facebook par son auteur Hal Steenson, de Johnston City, dans l’Illinois :

Pourquoi dois-je toujours être celui qui commence à lancer une machine avant de découvrir qu’il n’y a plus de lessive ? Je suppose qu’il était temps pour moi de faire un tour au magasin à un dollar, ce qui inclut des ampoules, du papier absorbant, des sacs poubelles et des produits d’entretien. Donc je suis parti.

Je me précipite dans le magasin, rassemble mes achats, et me rends à la caisse jusqu’à être bloqué dans une allée étroite par un jeune homme qui semblait être âgé d’environ seize ans. Je n’étais pas pressé, donc j’ai patienté que le garçon réalise que j’étais là.

C’est alors qu’il a agité ses mains dans les airs et a lancé d’une voix forte, « Maman, je suis ici. » C’était évident maintenant, il souffrait d’une déficience intellectuelle et surtout il était choqué de me voir me tenir si prêt de lui, prêt à me faufiler, lorsqu’il s’est retourné.

Ses yeux écarquillés de surprise sont sortis de leurs orbites lorsque j’ai dis,« Salut toi, quel est ton nom ? »

« Je m’appelle Denny et je fais des courses avec ma mère, » répondit-il fièrement. Génial, » dis-je, « c’est un prénom cool, j’aimerais m’appeler Denny, mais mon nom est Hal. » « Hal aime Halloween ? » a-t-il demandé.« Oui, » répondis-je. « Quel âge as-tu ? « Quel âge j’ai maintenant maman ? », demanda-t-il à sa mère qui arrivait doucement depuis l’angle de l’allée voisine. « Tu as quinze ans Denny, maintenant soit un gentil garçon et laisse cet homme passer. »

Je l’ai salué et continué à discuter avec Denny pendant quelques minutes à propos de l’été, des bicyclettes et de l’école. Je regardais ses yeux bruns s’agiter d’excitation, car il était le centre de l’attention. Puis, de manière abrupte, il s’est retourné et s’est dirigé vers l’allée des jouets.

La mère de Denny avait l’air perplexe et m’a remercié d’avoir pris le temps de discuter avec son fils. Elle m’a dit que beaucoup de gens ne lui accordaient même pas un regard, ceux qui lui parlaient étaient encore moins nombreux. Je lui ai répondu que cela avait été avec plaisir et puis j’ai dit quelque chose en n’ayant aucune idée d’où cela pouvait venir, sauf d’un élan du Saint-Esprit.

Je lui ai dit qu’il y avait beaucoup de roses rouges, roses et jaunes dans le jardin de Dieu, cependant, « les roses bleues » sont très rares et devraient être appréciées pour leur beauté et leur particularité. Vous voyez, Denny est une « rose bleu » et si quelqu’un ne s’arrête pas pour sentir cette rose avec son cœur ou toucher cette rose avec sa bonté, il passe à côté d’une bénédiction divine.

Elle est restée silencieuse pendant une seconde, puis la larme à l’œil, elle a demandé, « Qui êtes-vous ? »

J’ai répondu sans réfléchir, « Oh, je suis probablement juste une jonquille ou peut-être même un pissenlit, » mais j’adore vivre dans le jardin de Dieu.

Si cette histoire vous a réchauffé le cœur, n’hésitez pas à la partager aujourd’hui. Souvenez-vous. Les gens oublient ce que vous dites et ce que vous avez fait, mais pas comment ils se sont sentis en votre compagnie.

Un_étranger_commence_à_parler-01

Publicité