Les Baleiniers Japonais Qui Pensent Que C’est OK De Continuer à Tuer Des Baleines Viennent De Recevoir Un GRAND Coup

- Publicité -

Malgré l’opposition du grand public à l’entreprise brutale de chasse à la baleine – qui tue 16.000 baleines chaque année, et qui a entraîné la baleine bleue au bord de l’extinction – des pays comme le Japon, la Norvège et l’Islande ont continué à s’y adonner. Les baleiniers japonais effectuent leurs chasses sous couvert de «recherche scientifique», malgré le fait qu’aucune recherche scientifique n’ait été publiée suite à leurs expéditions.

En 2014, la Cour internationale de Justice de La Haye a décidé que le Japon serait interdit de chasser les baleines dans les eaux antarctiques … mais un certain nombre de compagnies baleinières japonaises ont quand même choisi de poursuivre leurs activités dans ce périmètre.

Des groupes australiens ont mené la bataille contre la mauvaise conduite des baleiniers japonais pendant une longue période. Sea Shepherd Australia a réussi à empêcher leurs efforts pour chasser la baleine dans un sanctuaire baleinier de l’Antarctique à de multiples reprises, sauvant près de 750 baleines de l’abattage rien qu’en 2014.

Et à ce jour, dans une affaire présentée par la Humane Society International (HSI) Australia, un tribunal fédéral australien a jugé la société Kyodo Senpaku coupable de “mépris délibéré de la cour” pour avoir omis de se conformer à une ordonnance du tribunal d’arrêter de tuer des baleines dans le sanctuaire Antarctique . La société fait maintenant face à une amende de 1 million $ AUS (800 000 euros).

- Publicité -

La HSI a affirmé que Kyodo avait violé l’ordonnance du tribunal à plusieurs reprises depuis qu’elle a été prononcée pour la première fois en 2008. L’avocat Jeremy Kirk SC, parlant au nom de la HSI, a déclaré au tribunal que Kyodo avait commis des “infractions graves” en bafouant l’ordre et doit être condamnée à une amende d’“au moins six chiffres.”

La juge de la cour fédérale Jayne Jagot a déclaré l’entreprise coupable de toutes les infractions présumées. Dans sa décision, elle a dit, “Il est inutile pour moi de donner plus qu’un bref résumé des raisons pour lesquelles je suis satisfaite … que Kyodo ait commis un outrage au tribunal comme indiqué dans la déclaration de la charge.” Elle a ajouté  que l’intérêt public à l’injonction de 2008, et la nécessité de dissuader Kyodo et d’autres de se livrer à de tels actes à l’avenir et la preuve que la société avait “cherché des revenus commerciaux généraux” de leurs tentatives illégales de chasse, avaient tous contribué à la pénalité contre eux.

Le verdict représente la première conclusion d’outrage contre la protection de l’environnement de l’Australie et la Loi sur la conservation de la biodiversité.

1

- Publicité -

Le directeur de la HSI Australia, Michael Kennedy, a pressé le gouvernement australien de mettre la pression sur le Japon pour se conformer à l’ordre de 2008 dès aujourd’hui. Il a dit, “Si la chasse à la baleine dans les eaux antarctiques reprend cette année, ce que nous craignons, et que Kyodo continue d’ignorer l’injonction, nous demandons que le gouvernement australien soulève cela avec le gouvernement japonais pour veiller à ce que les lois australiennes pour la protection des baleines soient observées, “.

Les compagnies baleinières japonaises sont connues pour ignorer la désapprobation du public envers leurs activités – en dépit du fait que l’appétit du public japonais pour la viande de baleine a diminué au cours des dernières années. Cependant, cette dernière décision, nous l’espérons, enverra un message clair que leurs tentatives de poursuivre leurs activités illégales de chasse ne seront plus tolérées.

×