L’esquisse d’une vie: cet artiste illustre sa vie au travers de portraits évocatifs entre photographie et croquis.

“Depuis mon enfance, le dessin a toujours été une passion, mais lorsque j’ai découvert la photographie, j’ai pensé que l’association de ces deux passions pourrait me permettre de laisser libre court à mon imagination.” nous explique Sébastien DEL GROSSO, artiste français pétri de talent.

- Publicité -

“Dans cette serie “L’esquisse d’une vie”, continue t’il, “ j’ai voulu illustrer ma vie, comme si mes croquis avaient donné naissance à chacun de ses actes; soit par l’intervention de personne qui me sont proches (comme par exemple dans “sketch your mentor” avec l’intervention de ma grand mère qui m’a appris le dessin), ou encore des événements qui on été importants pour moi (comme dans “sketch the life” avec la naissance de ma fille “Cataleya”), mais également avec des choses un peu plus humoristique (dans “Catch & Sketch” par exemple avec l’intervention de mon ami Cal Redback, mais aussi “sketch and fight” avec un combat de deux artistes avec chacun sa technique)

Catch and sketch Self sketch Sketch the like

Prisonners of the sketch my sketches and me Sketch and erase Angry sketch Mood's sketch The sketches inside me Anonymous sketch The power of the sketch Killer sketch Sketch the life

Si ces oeuvres vous plaisent, vous pouvez vous mettre en contact avec Sebastien sur sa page facebook ou visiter ses galeries sur les sites suivants: Flickr / Behance.

Et pour ceux qui voudraient en savoir plus sur sa technique, Sébastien a accepté de partager avec nos lecteurs son tutoriel:

Tout d’abord, les photos sont prises à l’intèrieur de mon appartement, uniquement en lumière naturelle. Le résultat etait bien entendu très loin de ce que j’espérais.
Mes photos sont organisés et archivés dans iPhoto, mais le processus complet a été réalisé entiérement sous Photoshop

image1

Les images selectionnées sont imprimés a 10-15% sur un fond blanc, de manière a reproduire un dessin le plus proche possible de la réalité (de manière a ce que les tracés du visage, ou des mains correspondent parfaitement avec les emplacements sur la photo). Le dessin est fait à la main, avec un simple crayon de papier. Les tracés sont rapides et nerveux, pour donner l’impression de quelque chose qui est en pleine construction

image2

Les différents éléments sont placés dans un format carré, un format que j’aime beaucoup, et que j’essaye de garder pour toutes ces images (cela permet egalement de renforcer cette notion de série, et l’homogénéité de celle ci). Les éléments sont placés rapidement dans un premier temps, juste pour avoir un aperçu de ce que pourrait donner l’image final. Je travaille toujours avec des calques (opacité, luminosité, couleur selective, correction de couleur) de manière a pouvoir rapidement se rendre compte de l’évolution du travail simplement en les masquants. Cela permet egalement de ne pas toucher un pixel de l’image original, et donc de garder une qualité optimale.
- Publicité -

image3

Les esquisses sont ensuite scannées, nettoyées (pour avoir un tracé bien noir, et un fond blanc, sans taches ou traces), puis placés en premier plan, par dessus les photos. Une astuce très simple permet d’effacer la partie blanche de l’esquisse, simplement en plaçant son calque en mode produit. Celui ci ne laisse alors apparaitre que les parties sombres, c’est a dire les tracés.

image4

Ensuite, à l’aide de masque, je peux venir effacer certaines zones des parties “photo”, pour bien faire ressortir les parties esquissés. Pour cela, j’utilise l’une des formes assez fine de l’outil pinceau, qui donne pas mal de détails. L’astuce dans ces images est la présence de l’esquisse sur la photo, elle doit être assez visible, mais pas trop non plus, pour ne pas “ecraser” la partie photo.

image5

A la fin, je place le fond, un mélange de texture et d’effets que j’ai gardé sur chacune des images, la encore pour renforcer cette notion de série. Pour obtenir un meilleur résultat, j’ai appliqué un effet de “dodge & burn”, qui consiste a donner des multitudes de coup de pinceaux noir ou blanc, pour faire ressortir, ou au contraire atténuer certaines zones.
En général, les coups de pinceaux blanc sont placés sur des calques d’opacité de 10% et en mode incrustation, ils permettent soit d’éclairer des zones trop sombres, soit de recréer de la lumière la ou il n’y en a pas beaucoup. Les coups de pinceaux noirs, eux sont placés sur des calques d’opacité de 10% en mode tamisés, ils assombrissent et donnes un peu plus de relief.
Lorsque l’image est entièrement terminé, je duplique tous les calques du fichier que je fusionne en un seul. Un filtre “passe-haut” est appliqué sur celui ci (entre 0.1 et 0.3, en mode incrustation) de manière a récupérer encore un peu plus de détails sur l’image.

image6

Merci encore à Sébastien Del Grosso de nous avoir donné l’autorisation de publier ses oeuvres. N’hésitez pas à partager ci-dessous cet article avec tous vos amis férus de dessins ou de photos.