Une chèvre des montagnes Rocheuses s’est noyée dans l’océan en essayant d’échapper à une foule qui la prenait en photo.

Les responsables ont déclaré que la noyade était le dernier exemple mortel de spectateurs ne laissant pas suffisamment d’espace à la faune sauvage.

Ce week-end, en Alaska, une chèvre des montagnes Rocheuses s’est noyée dans l’océan en essayant d’échapper à la foule de badauds qui tentait de la prendre en photo, la dernière interaction entre des voyeurs et la faune sauvage s’est avérée fatale.

- Publicité -

La chèvre blanche a été repérée sur le port de Seward samedi soir, après, semble-t-il, avoir vagabondé des collines vers le bord de mer.

Lorsqu’elle a essayé de retrouver son chemin, elle a été bloquée sur la plage par des badauds cherchant à la photographier. Ce qui a obligé la chèvre à rentrer dans l’eau, où elle s’est finalement noyée, selon les responsables locaux de la faune sauvage.

“Une loutre de mer se trouvait à ses côtés. Puis un épagneul appartenant à une femme a nagé dans sa direction”, a déclaré Kerri O’Neill à la filiale locale de la chaîne de télévision NBC.

Le corps de la chèvre a été trouvé plus tard par un plaisancier.

Selon le quotidien Alaska Dispatch News, dans un rapport sur l’incident, les agents de la sûreté de l’Alaska ont déclaré que les gens n’avaient pas laissé assez d’espace à la chèvre et le fait qu’ils se soient approchés pour prendre des photos “a entraîné la mort d’un animal sauvage sans raison”.


C’est la dernière rencontre mortelle entre un animal sauvage et des badauds qui se sont laissés envahir par la curiosité. En mai dernier, un jeune bison du parc national du Yellowstone a dû être euthanasié après qu’un touriste canadien l’ait mis dans le coffre de son SUV.

- Publicité -
Westport Aquarium via AP
Westport Aquarium via AP
Shamash Kassam / Facebook
Shamash Kassam / Facebook

Le touriste a ensuite déclaré à un garde forestier que le bison semblait trembler au milieu de la route et qu’il souhaitait le mettre à l’abri.

D’autres bébés animaux ont connu des fins similaires, et plus tôt dans ce mois les responsables fédéraux de la faune sauvage ont demandé au public de laisser la faune tranquille. Ils ont demandé aux touristes de le faire même si cela est difficile, car ils causent souvent plus de tort que de bien.

“Cela implique d’avoir du bon sens. Vous devez laisser de l’espace à la fane”, a déclaré Ken Marsh, porte-parole d’une association de chasse et de pêche, à KTU-TV. “En vous approchant trop près de l’animal, vous mettez à la fois l’animal et vous-même en danger”.