Un photographe supprime les portables de ses photos, afin de montrer combien le monde en est devenu dépendant.

Eric Pickersgill, un photographe américain, a décidé de supprimer tous les smartphones et autres appareils numériques de ses photos de notre monde moderne. Ce projet, intitulé « Supprimé », a pour objectif de souligner notre dépendance à la technologie et à l’hyper-connectivité ; mais Pickersgill sait qu’il fait lui aussi partie des personnes dépendantes.

Publicité

Le photographe a eu cette idée après une rencontre fortuite, dans un café new-yorkais.

« Une famille était assise à côté de moi au café Illium, à Troy, dans l’état de New York, et ils ne se parlaient pas du tout », explique Pickersgill dans les notes prises ce jour-là. « Personne ne communiquait. Le père et ses deux filles avaient tous leurs téléphones en main. La mère n’en avait pas, ou bien avait fait le choix de ne pas l’utiliser. Elle regardait par la fenêtre, triste et solitaire, malgré la compagnie de sa famille la plus proche. De temps en temps, le père levait la tête de son écran, pour annoncer quelques informations et faits obscurs lus sur le web. »

Il a réussi à obtenir ces clichés surréalistes en demandant à ses amis, ainsi qu’à de parfaits inconnus, de maintenir la pose, alors qu’il enlevait manuellement leurs appareils, et prenait ses photos.

Source: 1 2 3
4
5 6

« En dépit des nombreux avantages évidents que le progrès technologique a apporté à la société moderne, nous découvrons progressivement les effets secondaires sociaux et physiques de celui-ci. »7

Publicité
Précédent1 sur 2