Un agent de police calme une chienne qui l’a mordu dans l’exercice de ses fonctions.

Le maître d’une chienne texane remercie un officier de police qui a fait preuve de compassion plutôt que de force lorsque son animal domestique l’a mordu.

- Publicité -

La réaction de Frederick a tellement impressionné Geoff que ce dernier a écrit une lettre au département de police, pour remercier l’agent de sa réaction, et lui faire preuve de sa reconnaissance.

Jillaroo. Photo credit: KVUE
Jillaroo. Photo credit: KVUE

Voici un extrait de cette lettre :

“Aujourd’hui, j’ai dû porter plainte pour des nuisances sonores, et mon interlocuteur m’a dit que l’agent qui était en route m’appellerait avant d’arriver chez moi. Nous avons une chienne (une femelle berger australien), qui est très protectrice envers notre famille.

“Lorsque l’agent est arrivé et a sonné à la porte, alors que je ne l’attendais pas encore, j’ai couru lui ouvrir au rez-de-chaussée, mais mon fils de quatre ans était déjà à la porte, en compagnie de notre chienne. Lorsque mon fils a ouvert la porte, et s’est approché de l’agent de police, notre chienne s’est immédiatement interposée et a mordu l’officier à la jambe à deux reprises – pas de manière très méchante, mais suffisamment pour marquer la peau, et la transpercer un peu. L’officier a alors reculé très lentement, et, les mains grandes ouvertes, a tenté de calmer ma chienne. Heureusement, je suis arrivé quelques instants plus tard, et je les ai séparés.

Photo credit: Round Rock Police Department
Photo credit: Round Rock Police Department

“L’agent a alors enregistré ma plainte initiale, de manière très calme et professionnelle. Je lui ai demandé si ma chienne l’avait mordu, et il a répondu “Oui, un petit peu. Désolé, j’aurais dû appeler pour prévenir.” (Rien ne l’obligeait à d’appeler ou à s’excuser) Comme le protocole l’exigeait, il a alors été contraint de déclarer cette morsure (ce qui est compréhensible), afin que le département sanitaire vérifie ses vaccins contre la rage, et lui impose une quarantaine de dix jours de mise à pied… mais cela n’a pas été plus loin. Durant l’incident, l’officier n’a pas frappé ma chienne, n’a pas réagi de manière disproportionnée, il n’a pas porté plainte, et n’a pas demandé à ce qu’elle soit punie. À la place, il a simplement dit “Elle faisait juste son travail.”

“Il est toujours resté professionnel, et maître de la situation, et nous l’en remercions, car nous réalisons que cela aurait pu très mal tourner. Je suis un adulte, j’ai fait mon service en Irak et en Afghanistan, et pourtant je suis touché par cette situation. Nous adorons notre petite chienne, mais elle est très protectrice, ce qui de nos jours est une qualité qui a du bon et du mauvais, selon la personne qu’elle rencontre.

- Publicité -

“J’ai essayé de prendre un peu de recul et de perspective en recherchant des histoires similaires d’officiers de police mordus par des chiens, mais tout ce que j’ai trouvé, ce sont des chiens électrocutés et abattus par la Police, parfois dans des circonstances très ambiguës.

“Je voulais que tout le monde sache qu’à Round Rock, au Texas, nous avons des officiers de police hors du commun, qui font leur métier sans contrepartie ou remerciements. Ce petit incident montre bien que les personnes qui nous protègent sont exceptionnelles, et qu’elles devraient peut-être recevoir des remerciements et du crédit pour une tâche qui reste très complexe et éprouvante à l’échelle nationale. Désormais, lorsque je les croiserai, je serrerai systématiquement la main des agents de la RRPD.”

De manière très appropriée, l’officier Frederick a reçu une félicitation officielle de la part de son département pour sa réaction durant cet incident. Il a reçu une pièce Chief’s CHIP Challenge, en guise de remerciement pour sa réaction intelligente et pleine de compassion.

Photo credit: Round Rock Police Department
Photo credit: Round Rock Police Department

Le département de police a mis en place un programme surnommé BARK (Be Aware of Residential K9s), afin d’instruire ses agents sur la manière correcte de gérer les chiens domestiques, et on peut dire que ce programme a été bien utile dans cette situation. Ce programme encourage par ailleurs les propriétaires canins à déclarer leurs chiens au poste de police, afin que les agents sachent, avant d’arriver sur les lieux d’un incident, quels animaux ils risquent d’y rencontrer.

Dans les médias, on trouve de nombreuses histoires déprimantes au sujet d’officiers de police ayant abattu des chiens ; il est donc rassurant de voir qu’il existe des agents de police ayant pris le temps de mieux comprendre le comportement des chiens domestiques, et sachant réagir de manière appropriée à ces derniers.

Partagez cette histoire avec vos amis.