Trisomique, cette fillette de deux ans décroche un contrat de mannequin grâce à son sourire irrésistible.

Connie-Rose Seabourne, une fillette anglaise âgé de 23 mois et souffrant de trisomie 21, a toujours été complimentée par les amies de sa mère Julie au sujet de son sourire irrésistible. Et après qu’on lui ait conseillé d’entrer en contact avec une agence de mannequins, elle s’est lancée dans cette aventure.

Publicité

Aujourd’hui, Connie est sous deux contrats différents, et devient rapidement un mannequin enfant très populaire sur les traces de Madeline Stuart, une jeune mannequin de 18 ans elle aussi atteinte de trisomie 21.

Le sourire malicieux de la petite Connie-Rose, deux ans, lui a toujours valu des compliments de la part des amies de sa mère, qui lui conseillaient de lui faire faire du mannequinat.

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

Julie, sa mère, explique : « J’ai envoyé un email contenant une photo de Connie-Rose à une agence de mannequins, pour savoir si je me faisais des idées, ou bien si l’agence était potentiellement intéressée. »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

« Nous avons immédiatement reçu une réponse, et elle était positive. »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

« Et quand j’ai annoncé aux agences de mannequins que ma fille était trisomique, personne n’a bronché. »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

« Connie a adoré cette expérience. Elle obéit bien aux instructions, et elle s’amuse vraiment devant l’objectif des appareils photos. »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

« j’ai pris tellement de photos d’elle que désormais, elle y est totalement habituée. »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

« Elle a déjà signé deux contrats différents. »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

« Mais dès qu’elle sera dépassée par les événements, ou qu’elle ne s’amusera plus, nous arrêterons. À la seconde même où elle cessera de trouver ça plaisant, nous arrêterons. »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

« Lorsque j’étais enceinte, on m’avait prévenue que j’étais plus susceptible que la moyenne de donner naissance à un bébé trisomique, et j’aurais pu faire le test afin de savoir ce qu’il en était réellement, mais j’ai refusé, parce que ce n’était pas vraiment un problème à mes yeux… »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

« Nous avons des amis avec des enfants trisomiques, et nous n’avons eu que des expériences positives avec ces bambins. »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry

« Il existe tellement de personnes prêtes à vous aider que ce n’est vraiment plus un problème. C’est simplement un bébé de plus qui ne demande qu’à être aimé. »

Image credits: Ross Parry
Image credits: Ross Parry
Publicité