L'homme qui a tué des milliers d'éléphants ENFIN CAPTURÉ.

L’homme qui a tué des milliers d’éléphants ENFIN CAPTURÉ.

Pour l'amour des animaux. Passez le message.

Parmi ceux qui le traquaient depuis plus d’un an, il était connu sous un surnom très parlant : « Le Diable ».

Et aujourd’hui, il a enfin été capturé.

Pourquoi était-il surnommé « le Diable » ? Parce qu’il a tué des milliers d’éléphants d’Afrique, espèce en voie de disparition.

Pour le groupe spécial chargé de le traquer, il était le braconnier/chasseur d’éléphants/trafiquant d’ivoire le plus recherché d’Afrique du Sud. Selon un communiqué de presse publié jeudi dernier par l’Elephant Action League, Boniface Matthew Mariango a en effet passé des années à gérer des réseaux illégaux de braconnage en Tanzanie, au Burundi, en Zambie, au Mozambique, et dans le sud du Kenya.

« Cette arrestation est un nouveau coup dur porté aux réseaux de trafiquants et de braconniers de Tanzanie, et elle aura des répercussions dans les pays voisins. Enfin, des cibles prioritaires tombent dans les filets des autorités. » a déclaré Andrea Crosta, co-fondateur de la League et du projet WildLeaks, une organisation qui mène l’enquête sur des crimes animaliers internationaux.

« Nous félicitons le NTSCIU (Unité d’investigation des crimes graves nationaux et internationaux) pour tous ces récents succès. Cette équipe d’intervention, et tous les hommes et femmes qui la composent, représentent un véritable espoir pour tous les éléphants, et pour la Tanzanie. »2

Par la faute du braconnage de l’ivoire, les experts pensent que nous pourrions assister à l’extinction des éléphants d’Afrique dans moins de 70 ans ; aussi des arrestations de ce type sont essentielles, et plus que bienvenues.

Mais l’arrestation du « Diable », ainsi que celle de Yang Fenglan, « la Reine de l’Ivoire », plus tôt dans le mois, et la volonté d’interdiction du commerce de l’ivoire par le Président américain Barack Obama et le Président chinois Xi Jinping, redonne un peu d’espoir aux défenseurs des éléphants, explique Crosta.

« Continuons le combat », conclut-il.

Shutterstock

Shutterstock