Les habitants de cette île tuent tous ceux qui tentent d’y accoster.

- Publicité -

L’île de North Sentinel, située dans le Golfe du Bengale, entre la Birmanie et l’Indonésie, abrite une peuplade indigène qui n’a jamais été colonisée, ni n’est jamais entrée en contact avec la société moderne. Ces autochtones sont l’une des dernières tribus de l’âge de pierre, et leur culture est restée totalement isolée de notre civilisation contemporaine.1 2Car bien que l’île appartienne techniquement à l’Inde, personne n’ose la visiter, ou prendre contact avec ses habitants. Et pour cause : ils sont extrèmement violents et hostiles ; quiconque essaie d’accoster sur l’île est attaqué et tué.

En 1896, un évadé d’une prison indienne a eu la malchance de s’échouer sur North Sentinel à bord de son radeau de fortune. Quelques jours plus tard, son cadavre perforé de flèches a été retrouvé sur la plage, la gorge tranchée.

Le 2 août 1981, lorsque le Primrose s’est échoué sur les récifs de l’île North Sentinel, l’équipage du bateau a remarqué, sur la plage, des hommes armés de flèches et de lances. Le capitaine a alors tenté d’appeler les secours avec sa radio, en vain. Heureusement pour eux, les membres d’équipage étaient séparés de l’île par les eaux déchaînées, et ont été secourus par hélicoptère quelques jours plus tard.

Survival International, une organisation de défense des ethnies tribales, décrit les Sentinelles comme étant “la société la plus vulnérable de la planète”, car ils n’ont probablement aucune immunité aux maladies les plus basiques, comme le rhume ou la rubéole.

“Comme ils sont totalement isolés du reste du monde, il est très probable qu’ils finissent par être éliminés par une épidémie, en cas de contact”, explique l’organisation.

Sur Google Maps, on peut voir une épave résultant d'un affrontement avec les habitants de l'île.
Sur Google Maps, on peut voir une épave résultant d’un affrontement avec les habitants de l’île.
- Publicité -

Après le séisme catastrophique de 2004, qui a secoué tout l’Océan Indien, le gouvernement indien a envoyé un hélicoptère sur l’île pour s’assurer que la tribu allait bien. De manière assez curieuse, l’île North Sentinel et ses habitants n’avaient quasiment pas été touchés par le séisme, alors que d’autres îles voisines avaient été largement endommagées.

Lorsque l’hélicoptère a survolé un groupe d’autochtones, ces derniers lui ont jeté des pierres et lancé des flèches.4 5 5

Le 26 janvier 2006, deux hommes ont été tués alors qu’ils pêchaient sans autorisation dans les parages. L’hélicoptère des gardes-côtes a alors tenté de récupérer leurs cadavres, mais n’a pas pu atterrir à cause de la pluie de flèches lancées par les membres de la tribu.

Que sait-on de plus au sujet des Sentinelles ?

Les Sentinelles vivent apparement sur l’île depuis plus de 60000 ans. Après tout ce temps passé en isolation, il n’est pas surprenant que cette peuplade soit si hostile envers les étrangers, un comportement probablement encore renforcé par des affrontements passés avec le monde extérieur. Pour protéger la tribu et éviter une violence inutile, le gouvernement indien a interdit que l’on s’approche de l’île à moins de 5 kilomètres.

Comme il est impossible de s’approcher de l’île et de ses habitants, nous ne savons pas grand chose à leur sujet. On estime qu’il reste entre 50 et 400 membres de la tribu, et qu’ils vivent principalement de pêche et de cueillette. Bien qu’il soit difficile d’observer l’île depuis le ciel à cause de ses forêts très denses, il est clair que les Sentinelles ne pratiquent pas l’agriculture.

- Publicité -

Leur obstination à protéger leur culture du monde extérieur est probablement la raison pour laquelle ils ont survécu aussi longtemps en isolation. Qui sait combien de temps les Sentinelles pourront encore vivre au milieu de l’océan, sans jamais s’intéresser au reste du monde “civilisé”. Et finalement, peut-être que rester loin de nous, sans le moindre contact, est la meilleure des choses à faire…

(source: Wackulus / Dailymail / Unbelievable Facts)

×