Les dernières déclarations de ces condamnés sont très étranges

Les dernières déclarations de ces condamnés sont très étranges

Tout le monde doit mourir un jour. Que ce soit par accident, volontairement ou dans votre sommeil, votre heure viendra. Pour ceux qui ont commis des crimes odieux, ce moment arrive plus tôt que prévu. Les condamnés à mort doivent faire face à leur mort inévitable après avoir commis les crimes les plus horribles.

Quand leur heure arrive, ils prononcent généralement quelques dernières paroles. Vous pouvez imaginer à quel point ces déclarations finales peuvent être intéressantes. Préparez-vous : voici les dernières paroles les plus étranges des condamnés à mort.

« Je n’ai pas eu mes SpaghettiOs, j’ai eu des spaghettis. Je veux que la presse le sache. »

Les dernieres declarations de ces 01

Voici Thomas Grasso, un homme qui était très pointilleux sur le type de spaghettis qu’il consommait. Après avoir commis deux meurtres, il a été condamné à mort. Il a étranglé Hilda Johnson, une femme de 87 ans, avec ses guirlandes de Noël.

L’autre meurtre est survenu six mois plus tard, lorsqu’il a tué Leslie Holtz, un homme de 81 ans originaire de Staten Island. Il a aussi volé les allocations de sécurité sociale de la victime. C’était en 1991 et le 20 mars 1995, Grasso a reçu une injection mortelle après s’être plaint de son dernier repas.

Page 1 of 20
NEXT