Des pompiers exaucent le dernier souhait d’un homme mourant, en le sortant de sa maison de retraite.

Facebook
Facebook

Voici Leigh Gardner, aide-soignante responsable au sein de l’Hospice Evergreen Health de Kirkland, WA.

Il y a quelques années, Gardner a rendu visite et s’est occupée de l’un de ses patients préférés dans cet hospice, et ce trois fois par semaine, toutes les semaines.

Le patient en question était Edward Reis, souffrant de sclérose en plaques depuis 2008. La sclérose en plaques est une maladie sérieuse du système immunitaire, qui a fini par le laisser alité.

Avant d’être diagnostiqué de cette maladie, Reis travaillait en tant que garde forestier, et il aimait la nature et le grand air plus que tout.

Selon Gardner, Reis était « un homme bon et généreux ».

En 2014, Reis a déclaré au prêtre de l’Hospice, Curt Huber, qu’il ne voulait qu’une seule chose : prendre l’air une toute dernière fois.

Huber a transmis cette demande à Gardner, qui a alors contacté la Caserne de Pompiers du Comté de Snohomish, pour y demander de l’aide.

Les pompiers ont accepté.

Le 26 mars 2014, les pompiers sont donc arrivés à l’Hospice, ont embarqué Reis dans leur camion, et sont partis avec lui pour exaucer son dernier souhait.

Reis a ainsi été emmené pendant trois heures en excursion à Meadowdale Beach Park, à Edmonds, WA.

Les pompiers et les bénévoles de l’Hospice y ont aidé Reis à gravir et arpenter les pistes du parc. Il a pu respirer de l’air frais, et entendre une nouvelle fois les chants des oiseaux, dans les branches des arbres aux feuilles bruissantes. Les membres du groupe ont même ramassé des fleurs et de l’écorce, pour les faire sentir à Reis.

Ce dernier a retrouvé une certaine joie de vivre à cette occasion.

On ignore si Reis s’est jamais marié, s’il a eu des enfants, ou même s’il lui restait encore des proches.

Mais à la fin de sa vie, Gardner a affirmé que la véritable famille de Reis, c’était désormais les pompiers, et elle.

Shane Cooper est l’un des pompiers et infirmiers réservistes qui ont accompagné Reis ce jour-là.

Selon Cooper, Reis ne pouvait pas beaucoup parler, mais il murmurait des mots pour décrire la nature qui l’entourait.

« Ça en valait vraiment la peine », a-t-il déclaré à ABC. « C’est un moment inoubliable de ma carrière. Je fais ce métier depuis 25 ans, et c’est vraiment un moment inoubliable. »

« Les roues de la civière ne sont pas beaucoup plus grandes que celles d’un chariot de supermarché, donc de toutes petites roues, sur une piste – et le pire, c’est que ce n’était même pas une piste de course à pied, bien déblayée, c’était une piste de randonnée… et nous nous arrêtions régulièrement, pour lui permettre de s’asseoir et d’écouter », a déclaré Gardner à ABC.

« Et vous savez quoi ? Je me suis approché de lui, et je lui ai demandé « Vous êtes heureux ? » et il m’a dit « Je suis tellement heureux. »

Peu de temps après cette excursion en forêt, Reis est décédé.

Edward Reis a touché beaucoup plus de vies qu’il ne l’imaginait. PARTAGEZ cette histoire sur Facebook avec vos amis.