Cet homme conduit tous les jours pendant plusieurs heures pour apporter de l’eau à des animaux sauvages souffrant de la sécheresse.

- Publicité -

Le Kényan Patrick Kilonzo Mwalua sait vraiment comment gagner la sympathie des animaux de l’ouest du parc national de Tsavo. Lorsqu’ils entendent le grondement de son camion, ils arrivent en courant.

Vous pourriez penser qu’il s’agit d’une sorte d’homme murmurant à l’oreille des animaux, mais obtenir leurs faveurs est bien plus simple que cela : il ne fait que conduire pendant des heures tous les jours un camion rempli de plus de 10 000 litres d’eau fraîche. Simple, n’est-ce pas ?

Patrick sauve littéralement la vie des animaux sauvages vivants dans le parc. « Il n’y a absolument pas d’eau, les animaux dépendant donc des humains », a-t-il confié au Dodo. « Si nous ne les aidons pas, ils mourront. »

Le paysan qui cultive des pois a eu cette idée en voyant les répercussions négatives du changement climatique sur sa terre natale. Les animaux étaient laissés pour morts du fait de la sécheresse, des terres craquelées, en particulier durant l’année dernière. « Nous ne recevons plus vraiment de pluie comme c’était le cas avant », a-t-il ajouté. « Il n’a pas plu depuis juin dernier. J’ai donc commencé à apporter de l’eau aux animaux, car je me suis dit : “si je ne le fais pas, ils mourront”. »

- Publicité -

Patrick remplit les trous de la région avec de l’eau là où il y en a désespérément besoin. Ces animaux n’ont plus peur de leur sauveur et s’amassent près du camion alors qu’il laisse l’eau couler. « La nuit dernière, j’ai trouvé 500 buffles qui attendaient dans un trou d’eau », a-t-il indiqué. « Lorsque je suis arrivé, ils pouvaient sentir l’eau. Les buffles étaient si enthousiastes et si proches de nous », a décrit Patrick. « Ils ont commencé à boire l’eau alors que j’étais juste à côté. Ils étaient vraiment excités. »

Sur son temps libre, l’homme de 41 ans gère également un projet de conservation appelé TSAVO Volunteers et rend visite aux écoles de la région pour éduquer les enfants au sujet de la faune sauvage. « Je suis né dans les environs et j’ai grandi avec la faune, ce qui a suscité une grande passion pour celle-ci », a-t-il ajouté. « J’ai décidé de les sensibiliser à ce sujet afin qu’une fois grands, ils puissent la protéger. »

Tout a commencé l’an dernier lorsque Patrick a loué un camion et s’est rendu dans différentes zones du parc. Il a rapidement élargi sa mission avec de multiples camions et il est aujourd’hui sur les routes pendant quatre heures par jour. « Le camion est lourd et ne va pas très vite », a-t-il indiqué. « Nous devons être très patients et livrer l’eau. »

- Publicité -

Heureusement, il dispose maintenant d’aide qui provient des États-Unis. « J’ai visité le Kenya en décembre 2015, je ne connaissais cependant pas Patrick à cette époque et je ne l’avais jamais rencontré », a déclaré Angie Brown, une habitante du Connecticut. Elle était toujours hantée par la détresse des animaux de ce pays et a décidé d’agir.

Après la dernière sécheresse, elle s’est mise à communiquer sur Facebook avec Cher Callaway et Tami Calliope. Ensemble, elles ont aidé Patrick comme elles pouvaient, notamment en récoltant des fonds pour les ruches et les patrouilles de nuit pour tenir avec douceur les éléphants à l’écart des villages. Elles admirent son engagement pour maintenir les animaux en vie durant la sécheresse.

« Son engagement envers la faune et son patrimoine est incommensurable », a déclaré Cher. « Il risque même sa vie au milieu de la nuit pour livrer de l’eau à un trou d’eau sec. »

- Publicité -

Leur plus grande contribution est la page sur le site de financement participatif GoFundMe qui a récolté plus de 19 000 $ (18 000 €) jusque là de personnes du monde entier. Toutes les recettes sont affectées aux livraisons d’eau de Patrick.

« Nous avons toutes passé beaucoup de temps à diffuser l’information concernant les animaux que Patrick aide et la page GoFundMe a été un vrai succès », a ajouté Angie. « Il a cependant besoin de bien plus d’argent. »

Elles espèrent un jour pouvoir lui acheter son propre camion.

Indépendamment des fonds, Patrick trouvera un moyen de maintenir les animaux de son pays natal hydratés. C’est bien un pur geste de bonté.