10 Merveilleux Avantages à se Marier Vraiment Jeune

Auteur: Michelle Horton

Je n’avais jamais imaginé être le « genre » de fille qui se marie jeune. Et si vous trouvez ça présomptueux et donneur de leçon, eh bien vous avez raison. J’étais présomptueuse et donneuse de leçon vis-à-vis des filles qui portaient des anneaux de fiançailles à l’université, ou de ces gens qui se juraient des serments éternels avant leur 25e anniversaire. Je crois qu’on peut résumer ainsi mon opinion d’alors : « Pffff ! ». Avec un genre d’air dégouté, et probablement en roulant les yeux.

- Publicité -

Et de nos jours, c’est une opinion majoritaire dans ce pays. Même si autrefois, la norme voulait qu’une jeune fille se case et se marie avant même que l’encre de son diplôme n’ait le temps de sécher (et dans certaines sous-cultures, c’est toujours le cas), la société dans son ensemble a fondamentalement changée. Les jeunes épouses sont largement considérées comme vieillottes, antiféministes, ultrareligieuses, ignorantes et inexpérimentées, vouées au divorce. Et généralement tout ça à la fois. Ce nouveau stéréotype sociétal est présent partout, des conversations chuchotées aux séries télés. Une « jeune fille intelligente et éduquée » vaut mieux que ça.

Mais par les hasards de la vie, j’ai de mon plein gré signé un certificat de mariage en 2008, avec 8 mois de grossesse entre nous. J’avais 22 ans.

Six ans plus tard, il n’y a pas que ma perspective qui a évoluée. J’ai grandi et muri de tant de façons… surtout en raison de choses liées de près ou de loin à mon mariage. Alors oui, le mariage est un défi permanent et se marier jeune présente son lot d’obstacles uniques, mais il y a aussi des petits avantages trop ignorés à entrer à peu près en même temps dans le mariage et dans la vie adulte. Ce n’est pas seulement une histoire de mauvais choix et de voies sans issues.

1. On grandit ensemble.

Mon mari a 30 ans, mais je me rappelle de lui à 18. Je me souviens de lui vivant avec ses collocs et se faisant livrer des pizzas, à peine sorti du lycée. Nous avons traversé ensemble les cours de fac, les stages, les grands changements, les petits changements, les cheveux qui grisonnent et les corps qui changent. Nous nous sommes vus l’un l’autre nous lancer dans nos carrières et nous attaquer à des objectifs auxquels nous rêvions autrefois sur des meubles à crédit, dans ce qui semble être une vie antérieure.

Nous avons grandis l’un avec l’autre, mais aussi grâce à l’un et à l’autre. Je suis fier de l’homme qu’il est devenu, et je sais qu’il ressent la même fierté et le même respect à mon égard. Nous avons fait un long chemin, et ce n’est pas désagréable d’avoir un témoin de nos progrès.

2. Il y a moins de bagages.

Nous avons l’un comme l’autre des passés séparés. Nous ne nous sommes pas « réservés » pour le mariage, et n’avons pas une histoire de lycéens romantiques. Mais d’une certaine manière, si… Il est ma première, et ma seule relation d’adulte. Alors toute cette intimité de grande personne – les appartements partagés, les animaux de compagnie et les voyages fabuleux – c’est quelque chose que je n’ai partagé qu’avec lui. Je n’ai pas passé une grande partie de ma vie avec un autre, alors comment le saurais-je ? Je suis sortie du marché à 20 ans. Tous nos bagages sont enregistrés sous le même nom.

3. C’est relativement facile d’associer nos vies.

Sur de nombreux points, ça a été plutôt facile d’associer nos vies. Nous n’avions pas encore de vies, d’habitudes et de schémas d’adultes à changer. Au lieu de ça, nous avons développé un système et un rythme au fur et à mesure. J’ai commencé ma carrière avec un nouveau nom de famille. Lui n’avait pas d’habitudes de vieux garçon à déraciner. Pas d’anciens mariages, pas de complications. Ce n’est pas si mal de construire sa vie sur une seule fondation, plutôt que de devoir trouver un moyen d’assembler deux structures différentes

4. Nous avons appris les plus dures leçons tôt plutôt que tard.

Me caser au tout début de ma vie d’adulte m’a aidé à me débarrasser de cette illusion du ils-vécurent-heureux-et-eurent-beaucoup-d’enfants, ou de ces scénarios de comédies romantiques bien avant que la désillusion ou l’amertume ne s’installe dans mon cœur. Le mariage apporte aussi son lot de leçons sur le monde réel telles que le sacrifice, l’engagement, la camaraderie, le compromis et l’amour inconditionnel.

Ce n’est pas facile de changer et de grandir avec une autre personne, quel que soit son âge, mais les efforts et la lutte pour y parvenir nous en apprend beaucoup. Ça peut nous rendre meilleur, nous donner l’opportunité de comprendre la foi, l’endurance, le pardon et la patience. Ça teste nos limites, ça nous casse, ça nous aide à développer des perspectives plus mûres que ce que ne permettent les rendez-vous/flirts habituels. Se marier jeune n’est pas facile, mais les choses qui importent vraiment le sont.

- Publicité -

5. Nous n’avons pas gaspillé d’argent (parce qu’on n’en avait pas).

Notre « mariage » a coûté moins de 100 dollars. Et ça a été parfaitement compris et accepté.

6. Nous n’avions que très peu d’attentes.

Je n’ai pas attendu le « Prince Charmant », ni patienté toute une décennie pour trouver le bon alignement astral. Si j’avais passé des années à planifier et rêver le mariage, le mari et la vie parfaite, j’aurais été sérieusement déçue. Au lieu de ça, j’ai vécu ma vie, choisissant d’être – et de rester – amoureuse.

7. Nous avons remporté toutes les étapes et tous les trophées

Nous sommes partis d’un appartement infesté de souris et de comptes en banques vides pour arriver à une vie adulte confortable, en passant par toutes les étapes intermédiaires. Tout ce que nous avons accompli, séparément ou ensemble, a été célébré par un tope m’en cinq familier.

8. Les souvenirs fous et sauvages ? On a ça.

Le fait que mon mari ait une expérience de première main de moi à 19 ans, et tous les souvenirs ridicules, alimentés par la passion, qui accompagnent un amour de jeunesse, est quelque chose pour lequel je suis reconnaissante tandis que j’entre dans la trentaine.

9. Apparemment, nous sommes plus heureux.

D’après le rapport 2013 du National Marriage Project, les vingtenaires (soit entre 20 et 28 ans) les plus heureux sont mariés, comparativement aux célibataires ou à ceux qui vivent simplement en couple. En fait, ceux qui affirment que leur mariage est « très heureux » ont majoritairement entre 24 et 26 ans. Une autre étude montre que ceux qui se sont mariés entre 22 et 25 ans ont le plus de chance de voir leur union perdurer.

10. Nous n’avons rien de moins que le temps.

Même si mon mariage implose et que nous changeons et évoluons dans des directions différentes, il nous restera toujours assez de temps dans nos vies pour vivre de nouvelles expériences. Nous aurons appris des leçons importantes grâce à notre mariage, nous aurons mûri comme nous le devions, et nous emporterons tout ça avec nous.

D’un autre côté, mon jeune mariage peut me donner plus de temps à passer avec celui qui m’a accompagné à travers toutes les étapes et évolutions, et qui m’a aimé tout au long. Cette personne qui a été là pour moi à chaque étape et à chaque moment, et qui connait toutes les anciennes versions de mon être. Et au bout du compte, c’est le temps qui importe.