Vivre Votre Rêve Signifie Ignorer Les Personnes Négatives (Même Votre Famille Et Vos Amis)

"Je suis un nomade dans l'âme, fait pour voyager, un vagabond qui est heureux quand il traverse des terres inconnues."

Vivre_Votre_Rêve_Signifie_D'ignorer-fTraduit d’un article original de Matthew Kepnes

- Publicité -

“Je vais quitter mon travail et voyager dans le monde pour une année entière,” ai-je annoncé à mes parents à 25 ans.

Ce qui suivit fut une série de questions: “Qu’est-ce que tu veux dire par quitter ton travail? Tu ne vas pas travailler? Comment vas-tu gagner de l’argent? Tu fais ça seul? Pourquoi? Ne réalises-tu pas à quel point c’est dangereux là-bas?”

C’était pendant des vacances en Thaïlande au début 2005 que j’ai d’abord été inspiré de tout laisser tomber et de voyager. Durant ce voyage, j’ai rencontré un groupe de jeunes gens qui défiaient complètement les stéréotypes que j’avais des voyageurs en sac à dos. Jusque là, j’avais toujours associé les voyages incessants avec des étudiants sales et puants qui choisissaient la vie en auberges parce qu’ils n’avaient aucune autre option – parce qu’ils étaient trop perdus pour s’installer dans un seul endroit.

Ce que j’ai appris en parlant à ces impressionnants voyageurs du monde, c’est que les voyages ouvrent des mondes inconnus et que ça peut en fait vous aider à vous retrouver.

Je voulais y être. Là, sur la plage de Thaïlande, j’ai décidé de quitter mon travail et de voyager à travers le monde tout seul pendant toute une année.

Mais quand j’ai expliqué mon grand plan à ma famille, collègues et amis, j’ai reçu des regards vides et plus de questions incessantes : Tu ne vas pas te sentir seul? Comment vas-tu te faire des amis sur la route? Qu’est ce que tu vas faire quand tu reviendras? Comment tu vas mentionner ça sur ton CV?

Personne ne pouvait imaginer pourquoi, à 26 ans, je laissais tomber une carrière que je bâtissais depuis mon diplôme pour me lancer dans une aventure qui était potentiellement dangereuse et, selon eux, une perte totale de mon temps.

Mes parents m’ont supplié de ne pas aller. Pendant des semaines, ma mère et mon père mentionnaient des histoires désastreuses entendues aux infos et m’envoyaient des mails touchants remplis d’inquiétudes pour mon avenir.

- Publicité -

Il est peu de dire que je n’ai pas eu beaucoup d’encouragement ou de soutien au début. A l’époque, il n’y avait aucun blog populaire relatant les voyages des gens. Quitter votre travail pour voyager n’était vraiment pas une chose acceptable à faire, surtout pour un jeune de 25 ans avec un travail stable et une carrière.

Je pouvais comprendre la peur, la confusion et la spéculation entourant ma décision jusqu’à un certain point. Mais c’était extrêmement décourageant et triste d’apprendre que les gens dont je cherchais l’approbation étaient fortement opposé à mes plans. Quand vous avez besoin du soutien de la famille et des amis et tout ce qu’ils vous donnent, c’est des raisons pour lesquelles vous ne devriez pas faire ce que vous voulez désespérément faire, c’est dur. C’est dur de rester fort quand tous vos proches rejettent vos rêves.

Pendant un long moment jusqu’à mon départ, mon parcours ressemblait à celui de Lord Voldemort car c’était “la chose qui ne pouvait être nommée”. A chaque fois que je le mentionnais, mes amis faisaient de leur mieux de feindre leur soutien, mes collègues soupiraient pour la mort de ma carrière, et mes parents exprimaient leur inquiétude que je sois kidnappé ou que je finirai dans les infos du soir.

En juillet 2006, je suis enfin parti pour mon aventure internationale d’un an. Ce que j’ai appris dans ce vaste monde c’est que j’ai eu raison de faire confiance à mon instinct. Je suis un nomade dans l’âme, fait pour voyager, un vagabond qui est heureux quand il traverse des terres inconnues. J’ai tellement aimé voyager que j’ai fini par rallonger ce premier voyage de six mois. Et quand je suis retourné, j’ai annoncé que j’allais repartir aussi vite que possible.

Le problème est que la plupart des autres personnes dans votre vie ne partageront pas votre rêve.

“Es-tu sur que tu ne veux pas rester à la maison et avoir un vrai travail?” a supplié mon père.

“Pas moyen!” j’ai dit. “Il me reste tellement à voir! Je vais travailler un peu pour économiser de l’argent puis je reprends la route.”

Après être retourné en un seul morceau, personne n’a jamais dit, “Eh bien, je pense que tu avais raison. Tu as bien fait de partir.” Mes anciens collègues pensaient encore que j’étais fou. Mes amis étaient encore indifférents, et mes parents étaient encore déterminés à me convaincre de rester tranquille, m’informant constamment d’offres d’emploi dans les journaux.

Mais à ce moment-là, personne ne pouvait m’arrêter. Plus les gens me disaient ‘non’ en fait, plus je criais ‘oui’! Comment pouvez-vous crier constamment ‘oui’! quand le monde entier continue à crier ‘non’?

- Publicité -

D’abord, vous transformez toute la négativité en énergie positive – motivation pour vous lancer et leur prouver qu’ils ont tord. Vous dites: “Je sais que vous avez tord. Je ne vais pas vous laisser me tirer en bas. Je vais seulement vous laisser m’inspirer à faire mieux.” J’ai appris à aimer prouver aux gens qu’ils ont tord. Quand quelqu’un me dit que je ne peux pas faire quelque chose, ça me pousse à lui montrer que je peux.

Deuxièmement, cherchez les encouragements ailleurs. J’ai lu d’innombrables livres et guides sur les voyages durant les mois avant mon premier voyage, et maintenant je me tiens à jour avec toutes les informations disponibles en ligne aussi. J’ai aussi cherché des voyageurs comme moi. J’ai posé beaucoup de questions. J’ai fait mon travail.

Troisièmement, j’ai fait une liste de toutes les choses que j’avais besoin de faire pour mon voyage et j’ai créé un guide étape par étape. En me concentrant sur chaque petite étape, je pouvais minimiser le bruit et me concentrer sur mon but principal. Réaliser chaque nouvelle étape de mon plan personnel était ce qui m’importait.

Le problème est que la plupart des gens dans votre vie ne partageront pas votre rêve. Ils douteront de vos objectifs parce qu’ils n’ont pas la même sensation brûlante que vous ressentez au plus profond de vous. Ils seront réellement inquiets parce qu’ils ne peuvent honnêtement pas comprendre pourquoi vous voulez faire ce que vous rêvez de faire. Ils vous feront une liste de toutes les raisons pourquoi vous ne devriez pas faire ce que vous devez absolument faire.

En cherchant des personnes qui comprennent ma soif – même s’il s’agit de personnes que je “connaissais” uniquement en ligne qui ont voyagé et qui sont bien revenues – j’étais capable de dépasser la négativité venant de mes proches.

Faites de même. Construisez votre propre système de soutien, et ignorez tous ceux qui vous tirent en bas, même si ces personnes négatives sont votre famille et vos amis les plus proches.

Comme ils disent dans le film The Way, “Vous ne choisissez pas une vie, vous la vivez.”

Vivez la votre à fond ! Et partagez cet article avec tous ceux qui doutent de vous.