Une ourse utilisée pour des selfies était trainée de droite à gauche par une chaîne qui passait par ses naseaux, jusqu’à ce que quelqu’un intervienne enfin.

Une « ourse à selfie » a passé sa vie enchaînée pour divertir les touristes et peut finalement profiter de la liberté. Nous pouvons les remercier pour cette fin heureuse !

- Publicité -

En Albanie et dans d’autres régions de l’Europe orientale, de nombreuses personnes conservent des ours dans des conditions inhumaines et cruelles dans le seul but de gagner de l’argent grâce aux touristes, qui posent avec les animaux et se prennent en photographies. Ces créatures sont désignées par le terme de « selfie bears » (« ours à selfie »).

Four Paws International est à la tête du mouvement visant à libérer ces pauvres animaux, et l’une de leurs réussites les plus récentes a été de sauver une ourse baptisée Jeta, qui était maintenue dans un état de soumission grâce à un anneau passant dans ses naseaux…

Jusqu’à très récemment, l’ourse albanienne Jeta était une « ourse à selfie », ce qui signifie qu’elle était cruellement trainée lieu touristique en lieu touristique et utilisée comme un accessoire pour les clichés.

Facebook / Four Paws International
Facebook / Four Paws International

Elle se laissait exploiter ainsi, car un anneau très douloureux était attaché à une chaîne qui transperçait ses naseaux. Le fait de tirer brusquement sur la chaîne lui infligeait une douleur intense qui domptait son instinct de résistance.

Facebook / Four Paws International
Facebook / Four Paws International

Des touristes, qui pour un grand nombre n’avaient jamais vu un ours de près auparavant, étaient prêts à payer beaucoup d’argent pour poser avec et sur Jeta, augmentant son humiliation et les profits de son propriétaire.

Facebook / Four Paws International
Facebook / Four Paws International

Jeta est loin d’être la seule ourse dans cette situation. Four Paws International estime que près de 50 ours sont retenus dans des conditions similaires, pour des fins semblables. Heureusement, Four Paws, avec l’aide du gouvernement albanais, a obtenu la libération de Jeta.

Facebook / Four Paws International
Facebook / Four Paws International

Les secouristes étaient fiers de pouvoir couper les chaînes qui la retenaient sur le plancher en béton de sa cellule. Ils étaient encore plus fiers de retirer le maillon de la chaîne situé dans ses naseaux qui lui causait énormément de douleur.

Facebook / Four Paws International
Facebook / Four Paws International

Malheureusement, ses années de mauvais traitements l’ont laissée presque sans dents et avec un œil en mauvais état, mais elle récupère sur les 20 hectares de prairie du sanctuaire pour ours de Pristina, au Kosovo.

Facebook / Four Paws International
Facebook / Four Paws International

Par chance, Jeta ne sera plus jamais enchaînée, et sa liberté représente le premier pas d’un long processus visant à assurer que tous les ours captifs d’Albanie et d’autres régions d’Europe orientale auront un jour la chance d’avoir une vie meilleure !

Facebook / Four Paws International
Facebook / Four Paws International

Regardez à quoi ressemble la vie opprimée d’une « ourse à selfie » albanaise dans la vidéo ci-dessous…

- Publicité -

Heureusement, ils ont réussi à sauver Jeta de sa vie d’« ourse à selfie » ! Aucun animal ne mérite de souffrir pour divertir les humains.

Partagez cette histoire avec vos amis !

- Publicité -

MERCI DE PARTAGER

Laisser un commentaire