Une mère ayant découvert que ses deux fils jumeaux souffrent de trisomie 21 a souhaité les faire adopter.

Caters News
Caters News
- Publicité -

Julie McConnel était déjà la mère de quatre enfants lorsqu’elle est tombée enceinte de jumeaux à l’âge de 45 ans.

Caters News
Caters News

Elle savait que donner naissance à son âge pouvait donner lieu à des complications, mais lorsqu’elle a appris que ses futurs fils seraient atteints de trisomie 21, elle a manifesté une certaine appréhension.

« La procédure était éprouvante et l’échographie avait déjà montré de nombreux problèmes, dont des tâches sur leurs cœurs et une accumulation de liquide, nous n’étions donc pas surpris quand nous avons reçu la nouvelle deux semaines plus tard que les deux garçons étaient atteints de trisomie 21 », a-t-elle confié au sujet de l’amniocentèse.

« C’était une terrible journée et les mois qui ont suivi étaient les plus stressants et la période la plus atroce de nos vies. »

Caters News
Caters News
- Publicité -

Déjà dans leurs quarantaines, Julie et son époux pensaient qu’ils étaient trop âgés pour fournir les soins qu’ils méritaient à des garçons présentant des besoins spéciaux.

Elle ne souhaitait pas avorter, elle a donc décidé que l’adoption était la meilleure solution.

Caters News
Caters News

Le couple a trouvé une famille souhaitant adopter les enfants, mais les choses ont rapidement tourné au vinaigre. Le couple a été effrayé à l’idée d’élever les garçons, et a reporté le fait de remplir les papiers nécessaires pendant des mois avant de finalement refuser de le faire.

Considérant cela comme un signe, Julie et Dan ont décidé de se renseigner pour voir ce qu’impliquait réellement le fait d’élever des enfants atteints de trisomie 21.

Caters News
Caters News
- Publicité -

« Nous souhaitions faire des recherches préalables, nous nous sommes donc rapprochés de l’association locale qui s’occupe de la trisomie 21 », a-t-elle déclaré. « Ils organisaient un pique-nique, nous y sommes donc allés et avons rencontré de merveilleuses familles qui ont partagé leur expérience avec nous. »

Julie a ajouté : « Il m’était difficile d’entendre tout cela alors que j’étais enceinte, mais j’ai retenu tout ce qu’ils m’ont dit… ce qui n’est pas si effrayant que cela. Quoiqu’il arrive, vous aimez vos enfants. Lorsque nous avons finalement décidé que nous allions laisser de côté nos peurs, il était facile de prendre notre décision. »

Caters News
Caters News

Ils ont décidé de garder leurs fils durant le troisième trimestre de la grossesse de Julie. Lorsque Milo et Charlie sont nés, toutes leurs craintes se sont estompées.

« Mon cœur était prêt à éclater quand je les ai vus. J’ai été tellement éprise d’eux », a-t-elle déclaré. « Il est difficile d’imaginer la vie sans eux, mais je pense qu’ils m’auraient manqué tous les jours si nous avions décidé de ne pas les garder. »

Julie ne sait que trop bien que les autres peuvent être critiques au sujet de la trisomie 21, mais elle aime profondément ses enfants.

- Publicité -
Caters News
Caters News

« J’ignorais ce que nous avions avec ces deux enfants quand j’étais enceinte, mais je suis vraiment heureuse que nous ayons fait le choix de le découvrir. Ils sont géniaux ! », a ajouté Julie. « Mais si tout se déroulait comme vous souhaitez que les choses se déroulent, vous rateriez un tas de trucs sympas et beaucoup de richesses. »

PARTAGEZ l’incroyable chemin vers l’acceptation parcouru par Julie et Dan.