Comment, selon la science, partager une vie sexuelle heureuse avec votre partenaire ?

OLGA DANYLENKO/SHUTTERSTOCK
OLGA DANYLENKO/SHUTTERSTOCK

Les films hollywoodiens, les séries bas de gamme et les magazines sont souvent tenus responsables de brouiller notre perception du sexe, de l’amour, et des relations. Heureusement, il existe certaines études empiriques sur le sujet pour distinguer les rumeurs de la réalité.

- Publicité -

Des chercheurs en psychologie sociale de l’Université de Toronto ont étudié la vie sexuelle de 1 900 participants, incluant des relations hétérosexuelles et homosexuelles, dans l’espoir de répondre à l’éternelle question : qu’est-ce qui rend une vie sexuelle heureuse ?

En substance, leur étude a montré que la satisfaction sexuelle dans les longues relations s’articulait autour de notre désir de travailler sur nos problèmes et no attentes en matière de sexualité. Ceux qui ont une vision de l’« âme sœur » et d’autres théories implicites de la sexualité moins rigides et moins idéalistes ont tendance à être plus heureux avec leurs partenaires.

« Nous savons qu’au fil du temps les désaccords dans le domaine sexuel sont inévitables. Votre vie sexuelle est comme un jardin, et elle a besoin d’être arrosée et nourrit pour l’entretenir », a expliqué l’auteur de l’étude, Jessica Maxwell, candidate au doctorat dans le département de psychologie, dans une déclaration.

- Publicité -

Leur recherche a montré que la vie sexuelle d’un couple présente souvent une période de lune de miel d’environ deux à trois ans. Après cela, la satisfaction sexuelle a tendance a diminué. À partir de là, les chercheurs déclarent qu’il est important de voir votre vie sexuelle comme quelque chose dont on peut discuter et qui peut évoluer.

Comme l’explique Jessica Maxwell, cela contrevient à l’idée romantique des âmes sœurs et des « histoires de destinées romantiques » qui encouragent une vision statique et prédéterminée des relations. Cela peut amener des gens à mettre fin à une relation simplement, car quelque chose ne se passe pas bien dans la chambre à coucher. En réalité, c’est quelque chose que l’on peut surmonter.

« Les gens qui croient au destin sexuel utilisent leur vie sexuelle comme un baromètre pour déterminer si leur relation se passe bien, et pensent que des problèmes dans la chambre à coucher signifient des problèmes dans la relation tout entière », a ajouté Jessica Maxwell.

- Publicité -

« Alors que les personnes qui croient au développement sexuel pensent qu’ils peuvent non seulement surmonter leurs problèmes sexuels, mais ne les laissent pas affecter leur satisfaction relationnelle. »

L’étude intitulée « How Implicit Theories of Sexuality Shape Sexual and Relationship Well-Being » (comment les théories implicites de la sexualité façonnent le bien-être sexuel et relationnel), peut être trouvée dans le numéro de novembre du Journal of Personality and Social Psychology.

MERCI DE PARTAGER

Laisser un commentaire