Cet homme a fait plus de 2 tonnes de lessives gratuites pour des familles sans-abris.

Un paquet d’amour.

Cet_homme_a_fait_2250-fUn propriétaire de laverie automatique trouve une nouvelle façon d’aider les sans-abris.

- Publicité -

Samuel Van De Cruze, qui a récemment ouvert “Mr. Bubbles” dans le Queens à New York, a passé 60 heures à laver, sécher et plier les vêtements de familles sans-abris pressés par le temps.

Selon sa propre estimation, Samuel Van De Cruze, un ancien travailleur social, a, à peu près, pris en charge 2250 kilos de linges après les heures d’ouverture de sa laverie automatique, entre le 28 et le 31 mars, pour 75 résidents d’un foyer vivant à “The Landing”, un foyer pour familles sans-abris non loin, géré par l’association à but non lucratif CAMBA, qui offre ses services aux personnes dans le besoin.

Il s’est même chargé de récupérer et de livrer les paquets de linge.

Il a déclaré que l’acte répondait “à l’esprit de Pâques” et c’est la première fois qu’il fait quelque chose de ce type.

- Publicité -

“En tant que chrétien, j’ai été éduqué à faire de bonnes actions,” a partagé M. Van De Cruze “C’est pendant ma prière du matin, que l’idée de faire cela m’est venue.”

Selon un communiqué de presse de CAMBA, l’idée de M. Van De Cruze était inspiré par les défis auxquels font régulièrement face ses clients sans-abris. Ils doivent parcourir de longues distances à pieds, avec des paquets lourds et de jeunes enfants, et le coût des lessives est un fardeau pour ces familles. En tant qu’ancien travailleur social, il a immédiatement identifié ces défis et a voulu offrir une aide concrète.

“Normalement je dépense presque 30 $ en lessive chaque semaine, somme que je dois prendre sur mes allocations,” a déclaré Catina B., une résidente de “The Landing” “Et faire sa lessive avec un enfant d’à peine 3 ans est toujours difficile pour tous les deux. Cela (le don de “Mr Bubbles”) signifie que cette semaine elle et moi n’aurons pas à subir ça, et je serais en capacité d’utiliser ces 30 $ pour autre chose.”

Et parfois cette autre chose, ce n’est pas du luxe, mais de la première nécessité.

- Publicité -

“Nous devons économiser le plus d’argent possible pour la nourriture, les couches et les autres choses nécessaires,” a déclaré Amber, une autre résidente de “The Landing”. “Je lavais mon linge dans la baignoire afin de conserver cet argent.”

Amber, son mari et leur fils ont dû emménager à “The Landing” après la mort de son père et la vente de la maison qui accueillait toute la famille.

“Je suis si reconnaissante pour le fardeau qui nous a été retiré, vous vous sentez davantage comme étant “quelqu’un” quand vous portez des vêtements propres,” a-t-elle ajouté.

Pour faire un don à CAMBA, cliquez ici.